Aramia, cité déchue

Entrez dans le monde des cauchemards...
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Dort...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aramis
Admin
Admin
Aramis

Féminin Nombre de messages : 86
Race : Elfe impériale
Classe : Princesse d'Aramia, dragonnière
Amour : Gné ?
Date d'inscription : 01/01/2007

Informations confidentielles

Orientation: Dragonnier
Etat de santé: Indemne

Dort... Empty
MessageSujet: Dort...   Dort... Icon_minitimeMer 24 Jan - 13:56

Elle dort...
C'est beau et c'est simple, une femme couchée au sol, enveloppée dans une aile de son fidel compagnon.Sa respiration est lente, pas de risque, elle était protégée... Elle plongeait alors dans un profond sommeil où la misère ne l'atteignait plus...Sa main glissa et resta dans le vide, laissant voir nombre de cicatrices et brulures...

_________________
Dort... Aramis2ik8
Revenir en haut Aller en bas
https://aramia.forumactif.fr
Lune

Lune

Féminin Nombre de messages : 8
Race : Euh....Tatouage ? ^^"
Classe : Elémentaliste
Date d'inscription : 10/02/2007

Informations confidentielles

Orientation: Lettré
Etat de santé: Indemne

Dort... Empty
MessageSujet: Re: Dort...   Dort... Icon_minitimeDim 18 Fév - 22:52

Une ombre furtive sur un mur de pierre. Lune se promenait, se déplaçant contre les pans de la montagne. Le vent était si fort, qu’elle avait peur que sa substance s’éparpille au gré de cet élément si capricieux. Elle vagabondait, comme à son habitude, écoutant le bruit de la nature, même si cette nuit là, on n’entendait que le souffle de l’esprit de la montagne. La pleine lune éclairait son ombre contre les rochers. Sa mince silhouette courrait furtivement de pierre en pierre. Elle continua ainsi plusieurs temps, puis arriva dans une vallée ou un lac dormait paisiblement, sous une étendue gelée. Entrant définitivement dans cette vallée au lac givrée, Lune se mit ainsi à l’abri du vent. Elle put alors se détacher lentement du mur de pierre. L’encre, ou plutôt le sang noir de l’ombre se décolla lentement, doucement, et s’extirpa. Comme Lune était resté sur un support depuis longtemps, sa forme fut au début très brouillé. Puis petit à petit, elle reforma les traits habituels qu’elle prenait lorsqu’elle rencontrait quelque chose, ou quelqu’un d’autre. Une grande femme, vêtue de noir, cheveux noirs, chapeau noir. Lune ne pouvait se permettre de mettre de la couleur sur son apparence, cela lui demanderait trop d’énergie si elle devait resté trop longtemps avec. Et cela aurait paru suspect si en parlant avec un humain, ses vêtements changeaient de couleur. Alors elle s’habillait de noir. Et ce chapeau, cachait ce dont on avait peur. Lune savait bien la peur que l’on éprouvait lorsqu’on croisait son regard, on en mourrait presque. Son regard était celui d’une ombre, et cela Lune ne pouvait y remédier par transformation. Elle était le sang d’une ombre, le sang de ce maléfice libéré par le vase brisé. Elle ne pouvait y changer. Dans ces yeux, on y lisait le malheur de ses gens qui déposait leur larmes dans le vase. Lune était faite du malheurs des peuples anciens.
Mais soudain, elle la vit. Non loin de la surface, une forme que Lune ne pouvait distinguée. Ne sachant ce que c’était, le tatouage se rapprocha de cette forme indistincte. La stupeur l’envahit, pourtant, elle ne laissa apparaître aucun traits sur son visage.
Elle s’approcha…De plus en plus près. Une femme, d’environ une vingtaine et plus d’années dormait paisiblement, comme si de rien n’était. Elle était enroulé dans l’aile d’un dragon. De son dragon. Lune s’approcha.. encore et encore.. Une douleur se fit ressentir au niveau de sa substance, une douleur aigu. Elle n’en tint pas compte, elle était fascinée par cette jeune femme.
Lune la connaissait si bien. C'était elle, la rose, elle le savait. Elle le sentait, elle était là, le jour de sa naissance, elle avait vu l'enfant arrivé au monde. Ce jeune bébé si pale, si frêle, il avait grandi..La fleur s'était épanouie, et le petit bourgeon qu'elle était offrait aux yeux de Lune un magnifique spectacle. Une rose aux milles pétales, enflammées de beauté. Le dragon ne l’avait pas sentie…Lune n’avait pas d’odeur. La douleur devint plus intense. Sa substance explosa de l’intérieur. Lune fit son possible pour la contenir, elle prit la forme d’un papillon. Puis, essaya de repartir en sens inverse tellement la douleur devenait insupportable, mais elle n’y parvenait pas. Elle ne pouvait voler. La douleur était là, en elle. Cela s’accentua brutalement. Cela la brûlait. Lune hurla. Un cri aussi beau, mais aussi coupant que le cristal brisa le silence de la nuit. Lune n’avait pas de corps, elle n’était qu’un papillon suspendu dans les airs, les ailes déchirées par la douleur. Mais pourtant ce simple papillon criait, si fort, que cela réveilla la jeune femme endormie. Au moment où elle ouvrit les yeux, Lune criait encore plus fort, la douleur était plus intense, plus proche. Elle connaissait déjà cette douleur, le jour où l’ombre l’avait posé sur Namadriel, le jour, elle était passé de sang à encre, de liquide vital à tatouage, elle avait ressentit cette douleur, lorsque la femme était arrivée. C’était elle, la rose, tueuse d'ombres, née du vase brisé. Et à cause d’elle, elle était là, pauvre petite chose, à hurler de douleur. Ah si on l’avait vu…comme on se serait moquer d’elle. Petit papillon, hurlant à la mort, parce qu’une simple présence lui rongeait l’essence. La femme se leva, regarda autour d’elle. Lune implora le ciel et les dieux. Elle ne voulait pas que cette femme la voit. Sinon, si elle se rapprochait, la douleur serait alors insupportable. Mais Lune implora mal. Le regard de la rose atteint celui du papillon.
Fierté propre ou respect, Lune reprit tant bien que mal sa forme « humaine » ou semblable. Elle la regardait s’avancer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dort...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» -{ La Poupée qui dort }- -{ TERMINE }-
» NENYA WHITEHORSE // toujours se méfier de l'eau qui dort...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aramia, cité déchue :: Les environs :: Lac de givre-
Sauter vers: